Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site

Église Orthodoxe "Saints Raphaël, Nicolas et  Irène"  Namur

Saints protecteurs

Saints Martyrs nouvellement révélés à Mytilène : RAPHAEL, NICOLAS et IRENE (le 9 avril)

 

Saint Raphaël  vécut au XVe siècle, au temps de la prise de Constantinople. Originaire de l'île d'Ithaque, il fut nommé Georges au Saint Baptême et reçut une brillante éducation, tant chrétienne que profane. Devenu moine sous le nom de Raphaël, il fut ordonné Prêtre et honoré du titre d'archimandrite et protosyncelle. En considération de ses capacités, il fut envoyé en mission par le Patriarcat OEcuménique en France, dans la ville de Morlaix . C'est là qu'il se lia d'amitié avec le Diacre Nicolas, lequel devint son collaborateur et fils spirituel. Lors de la prise de Constantinople (1453), ils se réfugièrent en Macédoine, puis quand les Turcs envahirent la Thrace (1454), ils s'embarquèrent pour l'île de Mytilène (Lesbos), et s'établirent à Thermie, dans le Monastère de la Mère de Dieu, qui s'élevait alors sur l'emplacement où l'on trouva les reliques. Le Grand Jeudi 1463, les Turcs investirent le Monastère et, saisissant l'Higoumène Raphaël, ils lui firent subir d'horribles supplices. Dans la nuit du Mardi du Renouveau, le 9 avril, après l'avoir frappé de leurs massues, ils le traînèrent à terre par la barbe, de haut en bas de la colline, puis le suspendirent à un arbre, lui percèrent les flancs à coups de lances et lui scièrent la mâchoire. C'est ainsi que Saint Raphaël fut uni pour l'éternité au Christ ressuscité. Jusqu'à nos jours Saint Raphaël apparaît, en rêve ou à l'état de veille, à de nombreuses personnes, pieuses ou indifférentes, en Grèce et jusqu'en Amérique ou en Australie. Il guérit des maladies incurables, réveille les consciences endurcies par le péché, soulage les peines et les afflictions, et manifeste que le Seigneur reste glorifié dans Ses Saints, aujourd'hui comme hier, et pour l'éternité.

 

Saint Nicolas était originaire de Rhagès en Médie, mais il avait été élevé à Thessalonique. Lorsqu'il fut à son tour saisi par les Turcs et soumis à la torture, il mourut d'un arrêt du coeur au milieu des tourments.

La Sainte Martyre Irène  était la fille du maire du village, Basile, qui s'était réfugié avec d'autres habitants au Monastère. Les Turcs voulant faire avouer à son père où se cachaient les combattants chrétiens, ils prirent la fillette et, en présence de ses parents, lui coupèrent les deux mains et la jetèrent dans une jarre où ils la firent périr par le feu. Puis ils massacrèrent les parents de la fillette et l'instituteur du village, Théodore. A la suite de nouvelles révélations, on découvrit en effet les reliques de Sainte Irène, dans la jarre, conformément au récit, et près des tombeaux de Raphaël et Nicolas, les restes des autres Martyrs.